Ce type de travaux prend en considération la notion de patrimoine en tant que patrie, c’est à dire le devoir et l’obligation de transmettre. Aussi, quand il ravale sur un ouvrage faisant partie du patrimoine bâti, l’opérateur œuvre avec une mission de transmettre. Cela consiste avant toute opération d’analyser et de considérer l’historique du bâti, son style, se renseigner sur son constructeur, son architecte créateur, se renseigner sur le type de matériaux utilisés, la technique opérative qui a servi à édifier le bâti. Tout cela va servir au moment de la restauration à garantir l’utilisation des mêmes matériaux et des mêmes techniques, afin de se ré-accorder de façon compatible et durable à l’existant. Nous choisirons toujours les techniques les plus réversibles et essayons de ne pas falsifier l’œuvre.

Il n’et pas rare de rencontrer sur le bâti ancien la gamme complète des mortiers à base de chaux. Ces mortiers composent les aplats de façade mais aussi les modénatures et ornements décoratifs, les stucs. En ce qui concernes le peinturage, les peintures extérieures modernes n’ayant apparues qu’après la guerre, les façades étaient ou colorées dans la masse avec l’enduit de finition ou colorées à fresque avec un badigeon de chaux ou simplement chaulées au lait de chaux adjuventée de l’huile de lin.